* martine camillieri

BollyfoodBollyfood

Bollyfood

Après la gloire des stars, celle des tops-models, des footballeurs, des bébés des tops... ce sont les cuisiniers qu'on encense. La cuisine portée aux nues va-t-elle être La religion du XXIe siècle ? Se nourrira-t-on un jour selon les codes couleurs établis par un gourou des plaisirs gustatifs ? Les chefs sont-ils nos nouveaux papes ?

Bollyfood est extrait d’une série de cinq temples Vanity-Cake, KABASUMI, 50354, Acquanera & Acquacolor dédiés aux emphases culinaires de notre époque (Les fous de cuisine, Le Bon Marché), porteurs d’une même question Les nouvelles cuisines sont-elles les nouvelles religions du XXIe siècle ?

Autel bleu et rose, vénérant une nourriture de printemps ravissante, absolument pastel (délices de fleurs pâles, pétales doux et lisses, calices de paradis), présentée dans des barquettes alimentaires en matières extrudées, très délicatement isothermes et colorées. Des gobelets pâles et empilés en colonnes raffinées, encadrent un Ganesh dodu et repu. Au sommet, un chandelier Shiva, aux bras accomplit une danse cosmique, en proposant des nourritures éthérées. Devant l'autel, un prie-dieu équipé d'un plateau-repas, respectant les codes couleur religieux, attend des fidèles qui voudraient bien consommer avec foi et joie cette ineptie sirupeuse.

Bollyfood

Le prie-Dieu installé devant l’autel, pourvu d’un plateau-repas aux codes couleurs religieux attend le fidèle qui sera prêt à s’agenouiller et à vénérer ces nouveaux papes. En consommant cette ineptie sirupeuse ? Ou en l’invitant à réfléchir sur les débordements tape à l’œil de la gastronomie moderne.

Les Autels et les temples sont des petites philosophies domestiques sous forme d'installations. Questionnements, sur notre société de consommation. Les objets qui composent ces autels, ou ornements des temples, sont des objets basiques de grande consommation, détournés, assemblés, empilés, afin qu'ils deviennent autres. Tous étant seulement installés - sans modification, amputation ou détérioration- fait qu'à tout moment, ils peuvent revenir à leur fonction initiale. Ou repartir ailleurs, une sorte de nomadisme des utilités. Afin de ne pas multiplier les objets.

Expositions personnelles : Pitti-living, salon du meuble, Milan - Cristina Morozzi, (2005) / Les Fous de cuisine, Le Bon Marché, Paris - Claude Deloffre (2006) / [dé]rangements, Maison des Arts, Malakoff - Aude Cartier, (2010) / Banalités, Fondation Écureuil pour l'Art Contemporain, Toulouse - Sylvie Corroler (2011).